La tristesse

 

 

La tristesse : Version audio

 

Sa plaie de pluies t’étouffe quand elle t’inonde,

Même un peu d’espoir s’enfuit sous sa pénombre.

Elle est la charrette de douleurs en surnombre.

Celle qui tire à cette mort ta vie féconde.

 

Tu te souviens alors de ces coups à tes yeux.

Ceux qui plongent sur des vagues si violentes,

Que le temps s’y arrête pour rire en tourmente.

Ce jour maudit où l’amour t’a dit fort : « Adieu ! »

 

Le désert sec t’atteint pour t’y presser sa soif.

L’hiver glacé te gèle retenant ta coiffe

à cette pensée chaînée, sans jour, pour demain.

 

Alors tu souris à elle, si lève sa faux,

Car tu sais qu’elle t’ôtera ce lourd fardeau,

Qui plie ton âme à disloquer ton cœur sans fin.

 

Poème rédigé par l'auteur M Graindorge Philippe Décembre 2018

TOUS DROITS RESERVES et EXCLUSIFS

Voir Autres Poèmes

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !