maîtrise de soi et force intérieure

  • Introduction sur le travail de la force intérieure:

            J’ai choisi de parler du thème de la force intérieure. Elle n'a rien à voir avec l’égo. Pourtant, même si c'est un travail sur l'esprit, je pense que la force intérieure représente plus tôt l’abnégation, la sagesse, le recueillement, la plénitude, la concentration, le faits de dépasser ses peurs. Elle est l’ultime façon d’atteindre ce que certain appel l’illumination ou le dépassement de son enveloppe terrestre (pour les adeptes inconditionnels). Mais, je ne vais pas rentrer dans un cours magistral ou de théologique et d’autres sites en parlent bien mieux que moi, par des écrits, par des poèmes et des illustrations. Enfin, je vais aussi éviter de philosopher aussi sur ce thème. Il y aurait encore beaucoup à dire sur ce que l’esprit humain est capable de faire de merveilleux.

            Le choix de ce thème est d'ouvrir sa conscience principalement à l'apaisement et à la réflexion. Nous dormons bien pour reposer notre corps. Dans ce monde moderne, nous devons aussi, de temps en temps, reposer notre esprit.

  • L’origine de cette démarche:

            La pratique d'un art martial donne souvent accès à ce type d'activité. D'autre part, il est conseillé de pratiquer un sport. C'est un minima pour l'apprécier à une juste valeur. En effet, après une activité intensive, nous sommes plus réceptifs à ce type de travail. Mais, d'autres alternatives comme le yoga, le tai-chi permettent une approche directe. Pour mon registre personnel, j'ai pratiqué de 9 ans de judo, 5 ans de kung-fu,  2 ans Viet-vo dao et 2 ans d'aïkido. Toutefois, je me reconnais principalement dans la pratique du kung-fu, en particulier dans sa partie philosophique.

            En dehors de sa partie combat, cet art martial s'utilise comme entretien physique. On le retrouve dans la majorité des écoles chinoises comme gymnastique journalière.

Kung fu

            Historiquement, cet art martial chinois traditionnel serait apparu dans un ancien monastère de moines Shaolins. Puis, ce lieu serait devenu le siège de sa première école de pratiquant. Avec beaucoup de controversé, il proviendrait du moine bouddhiste "Bodhidharma" qui aurait appris aux moines du temple Shaolin des mouvements pour se défendre contre les animaux ou les brigands. Après un retraite dans la nature, il aurait observé comment les animaux font pour se battre. A ce titre, on retrouve différentes techniques inspirées, du tigre, de la grue, du serpent, de l'aigle, du singe ou encore de la Mante religieuse....mais aucune preuve n’atteste de l'origine exacte de chaque technique.

            Au niveau spirituel même la position des mains du salut des moines, main ouverte sur poing fermé, exprime l'idée que l'esprit domine le corps. D'autre part, cet art martial a été créé pour se défendre. Il n’a pas pour vertu d'être utilisé sans raison mais seulement en cas d'extrême nécessité. Dans ce cadre, il ouvre d’abord votre corps et votre esprit à une discipline et un de dépassement de soi.

  • Les moyens:

            Vous avez plusieurs façons d'aborder la force intérieure à travers un club qui est la plus souhaitable pour les novices. Malgré tout étant un travail sur le mental et donc un travail strictement personnel, je vous livre quelques moyens qui m’aident dans cette discipline.

    • Exercices pratique pour se préparer:

Petit rappel : La pratique de toute activité physique qui peut être intense doit être encadrée. Seul des initiés peuvent pratiquer sans risque en connaissant leurs limites.

            Il faut commence par un travail sur le corps. On commence par un échauffement des articulations, des étirements. Puis, un travail peut être utile sur son équilibre. Enfin, la préparation se termine sur des positions lentes du kung-fu. A ce titre, elles sont très proches du tai-chi-chuan (art spécifique pour le bien être du corps).

  • La souplesse (elle ne se travaille qu'après un echauffement rigoureux).

20140902 184336

 

 

    • La méditation:

Paperartist 2014 05 31 18 08 18

Après les préparatifs d'échauffement, nous vous pouvez entamer la partie méditation.

      • Un lieu approprié :

            Au préalable, il faudra avoir choisi un lieu adapté et au calme. A mon domicile, je me suis arrêté sur mon jardin, à l'arrière de maison car il est en retrait de la circulation routière. Pour préparer mon lieu de recueillement, j'ai installé une statue de bouddha mais elle n'est pas obligatoire (pour moi l'image de bouddha m'aide seulement dans ma démarche).

             En faite, le principal est que ce lieu soit plat, facilement accessible et avec le moins d'interactions susceptibles de vous perturber lors de votre méditation. Une fois prêt, il faut se placer à genoux ou les pieds croisés. L'essentiel est que vous soyez à l'aise.

            Après, le point important est d'avoir le dos droit, il est préconisé de se placer bras tendus, les mains posées sur vos genoux. Néanmoins, il existe plein de positions tout aussi adéquates mais je ne les utilise pas.

      • Apprendre à respirer :

            Enfin, on se lance dans la partie la plus importante pour que le résultat soit significatif.

Après avoir fermé les yeux, vous devez réaliser une inspiration rapide puis vous devez expirer, le plus lente possible, l'air de vos poumons.

            Lors de l'expiration, vous devez vous focaliser sur le bas du ventre ou centre d'énergie (qi ou chi) et imaginer comme la circulation sanguine que celle-ci se diffuse dans tout le corps. Puis, recommencer les respirations.

            Un exercice correctement fait peu vous donner des picotements sur l'échine ou le corps ou même voir, des petites suées. La durée de cinq minutes pour commencer est parfaitement acceptable. Par la suite, elle peut être plus beaucoup longue.

      • Le choix de ma méditation :

            Une fois que la maîtrise de votre respiration est assurée, vous avez deux choix possible pour le travail sur votre méditation. Vous pouvez laisser vagabonder votre esprit et vos sens et écouter les sons qui vous entourent ou bien vous pouvez vous focaliser sur un thème, une idée et laisser votre esprit s’exprimé sur le sujet.

 

  • La concentration par la manipulation d’objet:

Ce complément n’est accessible qu’à des personnes initiées aux manipulations mais elle peut être une aide supplémentaire à la méditation. L’intégralité de ces armes est travaillée avec des positions et techniques propres à chacune.

    • Le bâton :      

  Cette arme blanche était utilisée par les moines car ils leurs étaient interdit d’avoir des épées, réservées aux soldats de l’empereur. Normalement, il doit être adapté à votre hauteur, environ 20 cm en plus que votre taille. Dans la vidéo,  la démonstration  mélange des mouvements de bases du combat et des mouvements artistiques.

 

 

    • Le nunchaku :

            On ne connaît pas précisément son origine exacte. La seule chose que l’on peut retenir, il s’agirait d’un fléau servant à la récolte du riz au japon. Dans la vidéo, la démonstration mélange des mouvements de bases du combat et des mouvements artistiques.

 

    • L’épée chinoise :

            Cette arme est très ancienne car elle serait apparue avant notre ère en chine. Dans la vidéo, la démonstration est une chorégraphie réalisée avec mon fils pour le vin d’honneur de mon mariage. Il est fait d’un passage en version lente puis en version normale.

    • Entraînement de coordination des pieds et des poings:

 

  •   Conclusion:

Cette activité est pour moi, une source de bien être. Elle me permet plus de concentration, de me sentir plus en harmonie avec ce qui m'entoure, de gagner en bien être. Voilà, j’espère que toutes mes explications vous ont plus et qu’elles vous serviront.

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau